PREFACE D'UNE JOURNEE DE CEUILLETTE 13/08/2011

Publié le 17 Mai 2012

salade sauvage sauce à l'armoise

Pendant 3 millions d'années, soit plus de 99% de son existence sur terre, l'homme c'est

nourri de plantes sauvages.

L'agriculture ne date que de 10 000 ans.

imaginez ! que mangeait -t-on avant ?

A votre avis ?

et bien nous vivions de la chasse et de la cueillette ! et nos ancêtres connaissaient parfaitement les plantes sauvages, et elles leurs apportaient tous ce dont ils avaient besoin...

  Songeons par exemple, que la plante sauvage que nous avons appris a détester et que nous reléguons au rang d'espèce nuisible et de mauvaise herbe par excellence, la célèbre urtica dioïque, c'est a dire notre bonne vieille ortie commune, possède, en outre de nous brûler à grand coup d'acide formique, 7 fois plus de vitamine C que l'orange.

Et le fruit de l'églantier, le cynorhodon plus connu sous le nom familier de "poil à gratter" ou rosier sauvage en contient 20 fois plus !

Sans oublier les sels minéraux, les oligo-éléments, les anti-oxydants, les acides gras, les tanins dont regorgent les plantes les plus banales ainsi que des protéines complètes...

  très riches en principes actifs, les plantes sauvages, en plus de nous faire profiter de leurs vertus alimentaires, nous permettent également de profiter de leurs vertus médicinales.

Hippocrate le disait bien, "que ton aliment soit ton remède " .

 

De plus, la recherche des plantes sauvages nous permet de goûter aux joies d'une ballade dans la nature, loin du stress de la vie quotidienne, physiquement et psychiquement, la nature nous apprend à nous ressourcer, tous nos sens sont en éveils.

  L'ouïe pour écouter le chant des oiseaux, les clapotis d'un ruisseau ou le bruissement des feuilles dans le vent.

La vue pour les couleurs magnifique que nous offre ce merveilleux jardin façonné par notre mère nature, la reconnaissance et la recherche des plantes, un insecte, un papillon...

L'odorat, pour l'odeur de l'herbe, de la terre mouillée, des fleurs, des plantes que nous recherchons.

Le goût pour cette brindille que nous gardons en bouche ou la fleur de trèfle que nous aimons suçoter.

Le touché pour la douce caresse du vent, la douceur des feuilles ou le piquant d'une ortie...

 

Quoi de plus agréable alors, que de retrouver nos sens primaires, le petit côté naturel enfouis en nous depuis des millénaires, votre présence ce jour le prouve !

Votre instinct animal est intact, et sachons écouter cet appel qui est en nous, et vous verrez, tous les goûts sont dans la nature, cette expression prendra tout son sens.

 

GUY Nicolas : cuisinier passionné

 

 

Rédigé par plantescomestiblesetmedicinales

Publié dans #article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article